On bronze ou pas ?

Bonjour à tous,

Qui dit été, dit pour beaucoup d’entre nous, autobronzant. Pour ma part, j’ai toujours été très frileuse quant à ces produits que je jugeais peu fiables d’autant plus que ma peau est très blanche. Pour rappel, j’ai ce qu’on appelle une « peau de porcelaine » ; autrement dit, mon taux de mélanine est plus proche de celui d’un albinos que d’un subsaharien. Ce déficit est loin d’être anodin : en effet, ma peau est beaucoup plus sensible aux rayonnements U.V. J’ai déjà observé à de trop nombreuses reprises les risques liés à une exposition modérée voire prolongée au soleil ; deux coups de soleil au second degré, apparition de tâches brunes, risque de développer un mélanome dans les années à venir. Autant dire, au regard de ce constat, qu’il n’est plus question pour moi de m’exposer au soleil et ce, même avec une protection solaire conséquente. Autre rappel nécessaire : je porte un filtre solaire au quotidien, été comme hiver. Je fais en sorte que ma crème hydratante contienne un SPF suffisant, tout comme mon fond de teint. Ces derniers n’en contiennent pas toujours : ainsi, les gammes Dior ou Chanel ont presque toujours un indice 25 ; en revanche, les gammes Marc Jacobs ne mentionnent nullement la présence d’un SPF. Soyez donc très vigilantes au moment de votre achat. Evidemment, un fond de teint sans SPF n’est pas par définition un mauvais produit. Il faut seulement avoir la présence d’esprit d’appliquer un filtre solaire au préalable.

Dans ces circonstances, j’ai décidé de hâler artificiellement grâce à un autobronzant. Pour ce premier achat, je me suis tournée vers la gamme « Flash bronzer » de Lancôme dans la mesure où elle semblait la plus proche de mes attentes.

20170626_110453

 

Me concernant, je cherchais un autobronzant au résultat évidemment naturel. J’entends par là un autobronzant qui pouvait donner l’impression d’un bronzage naturel, ni trop foncé ni trop doré. En outre, je cherchais un résultat progressif : certains autobronzants ont en effet un rendu immédiat. Ils demandent cependant une certaine dextérité et surtout une habitude régulière. En effet, pour ce type de produit, l’approximation est rédhibitoire puisque des traces disgracieuses peuvent être immédiatement observées.

1- L’application

Avant l’application de n’importe quel soin autobronzant, vous devez impérativement effectuer un gommage adapté aux zones traitées. Pour le corps, un gommage au sucre sera recommandé ; pour le visage, un gommage doux à gros grains fera très bien l’affaire. Faire un gommage est absolument essentiel : en effet, cela permet d’éliminer l’ensemble des squames et des peaux mortes susceptibles de « marquer » davantage que les cellules « saines ». Votre bronzage sera donc plus régulier et aussi plus lumineux, votre peau étant débarrassée des cellules mortes.

Veillez à bien gommer l’ensemble de votre visage et ce, jusqu’à la racine des cheveux. En effet, mal gommée, cette zone a tendance à marquer énormément. J’y reviendrai ultérieurement.

2-  Le « Flash bronzer » de Lancôme

IMG_20170606_164815_710

Le « Flash bronzer » est présenté comme un gel autobronzant à l’application express. La contenance du flacon est de 50ml. Ce produit serait adapté à tous les types de peau et aurait la vertu d’hydrater et de nourrir intensément votre épiderme grâce à la présence de vitamine E dans sa composition. Comme pour tous les autobronzants, le « Flash bronzer » contient du DHA qui n’est autre que l’actif autobronzant. La quantité de cette molécule dépend des gammes et votre choix devra prendre en compte cet élément. En effet, plus votre autobronzant est concentré en DHA, plus le résultat sera visible et intense (Cet agent est présent à hauteur de 2,5 à 3 % dans les tubes élaborés pour les personnes ayant une peau claire, et à hauteur de 5 % pour les personnes ayant une peau foncée). Le « Flash bronzer » est clairement destiné aux peaux claires voire très claires. La DHA apparaît ainsi en cinquième position dans la liste des ingrédients (difficilement lisible d’ailleurs).

20170626_110530

Ce produit vous promet « une texture fraîche et glissante qui s’applique en un clin d’œil et sèche rapidement ». Et tout cela a le mérite d’être vrai. La texture gel est très intéressante est agréable à utiliser. Le produit s’applique en un tour de main et seule une noisette suffit pour illuminer votre visage. En outre, j’ai énormément apprécié l’odeur du produit. Chez Lancôme, le parfum est plus proche de celui d’un bébé propre que d’un monoï chimique, souvent écœurant et trop fréquemment utilisé dans les gammes de cosmétiques estivaux.

3- Les résultats

Ici, le tableau s’assombrit : je ne vais pas faire durer le suspens, ce produit est décevant au regard des promesses. D’une part, le hâle est bien trop discret même sur une peau très claire. Alors certes, j’ai gagné une teinte de fond de teint (autrement dit, je réutilise mon fond de teint « Les Beiges » de Chanel en teinte n°20). Seulement, cette teinte est la plus claire de la gamme ! En outre, le résultat est loin d’être uniforme : le produit « marque » la zone des « bébés cheveux ». Autrement dit, votre contour est orangé tandis que le reste de votre visage est à peine hâlé !

Enfin il m’est très difficile d’affirmer que mon hâle, aussi léger soit-il, soit lié à l’application de mon autobronzant. En effet, j’ai passé énormément de temps en extérieur ces dernières semaines et, malgré une protection solaire quotidienne, ma peau a naturellement bronzé.

Pour conclure, ce produit est pour moi parfait en hiver et/ou pour les débutantes de l’autobronzant puisque son application est, il faut bien l’admettre, très facile. Cependant, les résultats sont bien trop discrets à mon goût et surtout, au regard des promesses faites par la marque. Alors oui, vous avez bonne mine mais vous obtenez le même résultat avec une bonne poudre de soleil par exemple.

Bref, je suis très peu convaincue par ce produit qui demeure cependant un rituel beauté agréable et sans risque. Cependant, inutile de dépenser une quarantaine d’euros pour cet autobronzant : vous aurez le même résultat avec les produits Mixa ou l’Oréal, commercialisés à moindre prix dans l’ensemble des grandes surfaces !

A très vite !

Mea culpa : je réhabilite la Primer potion

Bonjour à toutes,

Si vous lisez régulièrement mon blog, vous n’avez pas pu passer à côté de mes problèmes de paupières grasses et de ma quête désespérée d’une bonne base à paupières. Ce problème est récurrent chez bon nombre de femmes. Si certaines d’entre elles ne voient aucun inconvénient à voir migrer leur maquillage, il est pour moi impossible de me sentir bien avec un make up souillé. En outre, ce problème n’a absolument rien à voir avec la nature de votre peau. La zone des paupières est très particulière puisque l’épiderme y est beaucoup plus fin. Ainsi, malgré une peau mixte, j’ai toujours eu les paupières grasses.

Pour savoir si vous avez ce problème, une petite astuce : utilisez un papier matifiant un fin de journée sur vos paupières. Si vos paupières sont grasses, le papier absorbera cet excédent de sébum.

 Jusqu’à l’année dernière encore, j’utilisais la célèbre Primer Potion original d’Urban Decay. Or, comme souvent, j’ai décidé d’être une fois de plus infidèle à un produit.

J’ai donc acheté successivement les bases suivantes :

  • La base Urban Decay eyeshadow primer potion EDEN
  • La base M.A.C. 24-hour
  • La base DIOR backstage eye prime
  • La base Kiko neutral eye base
  • La base Nyx proof it !

Tous ces produits ont été d’énormes déceptions mais pour différentes raisons. Evidemment, il faut prendre en compte, et ce avec le recul nécessaire, qu’ils ne répondaient nullement à mes besoins. Seulement, je pense aussi que leur qualité est variable voire parfois, très décevantes. La base Eden, qui n’est autre que la petite sœur de la Primer Potion a la particularité d’être teintée. Autrement dit, elle a pour but, en plus de fixer durablement le maquillage, d’unifier votre paupière, afin de faire ressortir au mieux les pigments de vos fards. Mais, ce que l’on ne sait pas, c’est que sa composition n’est pas du tout la même que la Primer Potion Original. Il suffit, pour le prouver, de regarder l’ordre dans lequel apparaissent les différents composants. Ainsi, Eden n’est pas du tout adaptée aux paupières grasses. Le maquillage file presque instantanément, malgré les promesses faites par la marque. A ce titre, la base neutral eye base de Kiko semblait bien plus performante. Seulement, elle n’est pas suffisante en cas de fortes chaleurs par exemple. Les trois grandes déceptions viennent de la base M.A.C., NYX et Dior. Pendant longtemps, j’ai utilisé le Paintpot de M.A.C., qui désormais n’existe plus. La nouvelle base a pour particularité d’être elle-même très grasse. Autant vous dire que les fards migrent directement. Les maquilleuses de l’enseigne vous conseilleront sûrement de la poudrer. Mais, même avec cette technique les fards migrent après une heure. En outre, les fards ont tendance à « accrocher » et il devient très difficile de les estomper correctement. La NYX quant à elle, s’auto-proclame waterproof. Or, elle n’a pour seule vertu que d’être très desséchante sans pour autant faire tenir plus longtemps les fards. Comme pour la précédente, les fards tendent à accrocher et à « faire paquet » ; il devient presque impossible des les estomper même si vous avez préalablement poudré la zone concernée. Quant à la base Dior, elle n’a absolument aucune efficacité malgré un prix absolument scandaleux. En outre, et pour des questions évidentes d’hygiène, je n’apprécie pas le contenant. En effet, les pots sont la porte ouverte aux bactéries et aux poussières et peuvent, en plus, entraîner une oxydation prématurée des produits.

Après tous ces échecs, j’étais partie du principe que le problème ne venait non pas des bases mais bien de mes paupières ; qu’à force de m’être trop maquillée, ma peau ne supportait plus toutes ces couches successives de pigments. Cependant, je me suis de nouveau tournée vers la « Primer Potion Original » qui jusqu’alors m’allait très bien. Et ce fut une révélation.

m11380640_330637_la

Avec cette base, mes fards ne migrent plus du tout et ce, même en cas de forte chaleur. En ce moment, vous l’aurez remarqué, la France traverse une période de canicule. Evidemment, cette canicule est absolument incompatible avec un maquillage impeccable. Or, et malgré une transpiration abondante, mon maquillage reste absolument parfait du matin jusqu’au soir. Les pigments restent intenses et parfaitement figés.

En outre, cette base restent très confortable. Vous ne la percevez pas de la journée. Ce confort est déjà perceptible au moment de l’application. Légèrement poudrée, elle s’applique aisément sur l’ensemble de la paupière. Pour ma part, je l’applique jusqu’à mes sourcils sous lesquels j’applique un fard irisé afin d’illuminer mon arcade. Les fards quant à eux s’estompent très aisément et uniformément. Vous obtiendrez à coup sûr de jolis halos colorés.

La Primer Potion Original est donc de nouveau ma meilleure alliée d’autant plus que j’ai dernièrement craqué, comme vous l’avez vu, pour un certain nombre de palettes de fards. Je peux de nouveau m’amuser avec mon regard sans craindre le regard de panda ni les migrations disgracieuses dans le pli de la paupière.

Je ne peux donc que faire un mea culpa bien mérité pour cette base dont la réputation est plus que justifiée !

Et vous, quelle base utilisez-vous ?

La collection « Tropical Splendor » de Clarins

Bonjour à toutes et tous,

Depuis quelques semaines déjà, la collection maquillage été 2017 de Clarins affole la toile. En effet, la marque – que j’avais identifié jusqu’alors comme une marque de soins – nous a offert, pour la saison estivale, une magnifique collection inspirée de couleurs chaudes et irisée. Cette collection comporte une palette de fards à paupières, un bronzer, une gamme de crayons, un mascara et un baume embellisseur.

Pour ma part, j’ai craqué pour la sublime palette de fards, idéale pour tous les types d’iris.

1- Le packaging

Clarins-Summer-2017-Collection-Colour-Eyeshadow-Palette

Vous le savez, le packaging est pour moi essentiel d’autant plus pour les produits onéreux. Et je peux d’ores et déjà l’affirmer, Clarins joue dans la cour des grands. Les quatre fards sont enfermés dans un petit écrin entièrement métallique et donc extrêmement résistant. Le boitier est aux couleurs de la collection : frais, estival et vitaminé. Orange et doré, il est griffé de délicates feuilles de palmiers. Pourtant, il reste très délicat et, qui plus est, très moderne, loin de l’image traditionnelle de la marque.

IMG_20170616_134954_668

En outre, le boitier comporte un grand miroir intérieur, idéal pour les retouches. Encore une fois, et ce sera le seul bémol, les fards sont accompagnés d’un applicateur mousse à double embout totalement inutilisable pour celles qui savent vraiment se maquiller.

2- Les fards

Cela faisait des mois que je cherchais des tons orangés et mordorés. Cette palette comble toutes mes attentes. La palette comporte quatre fards. Un mat qui permet d’unifier la paupières et trois autres fards délicatement irisés : un doré, un orange et un brun mordoré absolument divin. Autrement dit, ces quatre fards forment un somptueux camaïeu qui met en valeur la plupart des iris et plus particulièrement, les yeux bleus. En effet, l’orange est, comme vous le savez peut-être la couleur complémentaire du bleu.

La palette est fournie avec deux tutoriels : un « look light » et un « look intense ». Le « look light » se réalise avec seulement trois fards ; le « look intense » nécessite quant à lui l’ensemble des teintes. Pour ma part, je préfère de loin ce dernier qui, de plus, est très facile à reproduire. Ce look est par ailleurs relativement sobre : en effet, les fards – malgré leur pigmentation – s’estompent et se travaillent très facilement, permettant ainsi d’obtenir un halo très subtil.

tips-1tips-2

Il est rare que les grandes marques proposent des fards très pigmentés : nous pouvons à ce titre évoqué les palettes Dior très décevantes à ce titre. Clarins va a l’encontre de cette idée reçue. Les fards de cette palette sont très intenses alors même qu’ils sont 100% minéraux et végétaux. On peut également souligner la « texture » de ces fards : ils sont très peu poudreux et très faciles à appliquer.

Enfin, on ne peut qu’apprécier la délicate irisation de ces fards. Ici, pas de paillettes grossières, ce qui permet de les associer sans pour autant ressembler à une boule à facettes.

3- Le prix

Alors, on ne va pas se mentir : la palette coûte très cher. Sur le site de la marque, elle est affichée à 47,50 euros ; chez Sephora, son prix est de 51, 50 euros. Toutefois, j’ai profité de l’offre de -20% : la palette m’a donc coûté une quarantaine d’euros.

BILAN : cette palette est un véritable coup de cœur. Cela faisait plusieurs années que je cherchais des teintes cuivrés et mordorés pour mettre en valeur mon regard. En outre, je ne peux qu’insister sur la qualité des fards. Très faciles à appliquer et très pigmentés, cette palette est idéale pour les filles qui souhaitent un résultat visible mais cependant subtile et raffiné. Afin de garantir une meilleure tenue, j’applique ces fards après avoir mis la « Primer potion » d’Urban Decay. Si je m’étais détournée de cette base pendant quelques mois, j’y suis revenue très récemment. Il faut reconnaître que cette base est parfaite pour les paupières grasses. Evidemment, je ne vous recommande que l’originale « Primer potion » ; les autres bases d’UD restent de grandes déceptions pour moi. Enfin, et pour parfaire mon look ensoleillé, je travaille mon teint avec l’autobronzant Lancôme, ma « Terracotta » Guerlain et évidemment, mon Coco Gloss de chez Chanel. Un look tout en fraîcheur donc !

IMG_20170606_164815_710

A très vite !

Pourquoi vaut-il parfois mieux acheter du maquillage haut-de-gamme ?

Bonjour à tous,

Depuis quelques mois maintenant, depuis que j’assume entièrement ma passion pour le maquillage, j’entends dire qu’il est ridicule d’acheter du maquillage haut-de-gamme. Trop souvent encore, le maquillage haut-de-gamme est synonyme de « luxe » mais surtout de prix exorbitants. Pourtant, je reste persuadée qu’en plus d’être un plaisir, acheter du maquillage haut-de-gamme n’est pas nécessairement un gouffre financier.

Voici des situations durant lesquelles j’ai fait le choix de me tourner vers le haut-de-gamme, voire le luxe :

1- Les peaux très blanches ont plus de chance de trouver leur teinte exacte dans les enseignes haut-de-gamme

Alors là, je sais de quoi je parle : j’ai passé plus de dix ans à errer entre différentes marques, différentes textures et différentes applications avant d’avoir trouvé (enfin) le fond de teint qui me convient parfaitement. Très succinctement, j’ai testé des produits de marques aussi différentes que Gemey, Sephora, Yves Rocher, Clinique, M.A.C., Dior, Chanel et enfin Marc Jacobs. Une palette de produits très variée donc mais que je peux catégoriser ainsi :

Les produits de « grande distribution » : généralement peu onéreux (on compte généralement une grosse dizaine d’euros), on les trouve aussi bien en grande surface que dans des enseignes plus « hype », comme Monoprix. Yves Rocher est quand à elle la première marque (autoproclamée) de cosmétiques en France et possède des centaines de parfumeries et instituts sur l’ensemble du territoire français. S’il est évident que toutes ces marques s’adaptent au marché, on ne peut que constater le manque d’offre pour les femmes ayant la peau très claire puisqu’elles ne représentent pas la majorité des potentielles clientes.

A contrario, les marques haut-de-gamme ou de luxe proposent des teintes bien plus élaborées, avec des tons et sous-tons (jaune ou rose). La difficulté est donc de bien connaître sa carnation et les besoins de sa peau. Je vous ai d’ailleurs fait part de mes pérégrinations à ce sujet et vous renvoie donc aux articles précédents.

IMG_20170318_124524_312

Ces fonds de teint peuvent aisément atteindre les 50e le flacon (généralement pour une contenance de 30ml). Cependant, en plus de la pluralité des teintes, on peut également souligner les diverses vertus de ces produits, souvent plus résistants et au fini plus abouti. Ainsi, les fonds de teint Yves Rocher ont souvent tendance à migrer au cours de la journée, surtout si votre peau est mixte voire grasse. Il est beaucoup plus rare d’observer ce genre de phénomène avec des produits dits de luxe. Ainsi, même si j’ai connu des déconvenues avec le Forever de Dior, ces dernières ne sont apparues qu’après plusieurs années d’utilisation et surtout, une reformulation probablement peu adaptée à mon épiderme. En outre, ces fonds de teint sont relativement économiques : un flacon de 30 ml me dure environ 9 mois. A contrario, un fond de teint de grande distribution s’use bien plus vite. Evidemment, cela est relatif et dépend également de la manière dont vous l’appliquez. Le Beauty Blender a la mauvaise réputation d’absorber beaucoup plus de matière qu’un pinceau par exemple.

2- La poudre libre : une consommation du simple au double

Là encore, mon avis est très tranché : la qualité des poudres libres haut-de-gamme est bien supérieure au poudre bon marché. D’un côté, j’ai testé récemment la poudre libre de chez Sleek (10 euros) et, bien avant, la poudre libre de chez Bourgeois. J’avais trouvé ces deux poudres très décevantes. Beaucoup moins fines que leurs consœurs, ces poudres laissent généralement un fini plâtreux à votre teint. En outre, ce produit nécessite un packaging abouti afin d’assurer la bonne et juste distribution de matière, ce qui est rarement le cas dans ce type de gamme.

De l’autre côté, j’ai adoré les poudres libres de chez Dior – que j’utilise encore actuellement – et celle de chez Clinique que j’ai utilisé pendant près de dix ans. Ces deux poudres ont un grain très fins qui ne se laissent pas percevoir. En outre, leur efficacité est telle qu’on a besoin de très peu de produit à l’application. Ainsi, si j’ai terminé la poudre Sleek en à peine quelques mois, je mis plusieurs années avant de venir à bout de ma poudre Clinique. Concernant la Dior que j’ai acheté en fin d’année 2016, je ne peux que faire le même constat.

Alors, si ces produits représentent un véritable investissement à l’achat – il faut compter une quarantaine d’euros là encore – il est très rentable sur la durée puisque vous renouvelez votre poudre tous les deux ou trois ans.

3- Les produits sourcils : la difficulté des teintes

Là encore, toute la différence réside dans les teintes des produits. Pour le coup, je ne suis nullement exigeante en ce qui concerne la présence à partir du moment où le produit me semble ergonomique. Mon exigence porte davantage sur les teintes dans la mesure où, comme beaucoup de brune, mais sourcils sont bruns cendrés. La plupart des marques proposent une palette de teintes très limitée : blond, brun et parfois noir. Cependant, ces teintes sont généralement peu adaptées et ne répondent pas aux codes du maquillage nude. A chaque fois, il m’a fallu me tourner vers des marques plus spécialisées, comme M.A.C, pour trouver la teinte la plus proche de ma couleur naturelle. En revanche, je délaisse les marques comme Anastasia Beverly Hills qui proposent des produits similaires à un prix exorbitant. Il s’agit donc là de bien chercher le produit qui répondra le mieux à vos attentes sans vous laisser guider par les effets de mode. Un crayon traditionnel ou rétractable semble tout aussi efficace qu’un gel, du moins pour celles qui n’ont pas des sourcils récalcitrants.

Avez-vous fait le même constat ? Encore une fois, j’attends impatiemment vos commentaires !

A très vite.

Les nouveaux Rouges Coco Gloss de Chanel

Bonjour à tous,

Ca y est, l’été est là et, avec lui, cette chaleur suffocante typiquement parisienne. Il est donc temps d’adapter son make-up, de délaisser les textures réconfortantes pour plus de légèreté et de lumière.

Ce n’est pas un secret, je suis une adepte des rouges à lèvres mats. Cependant, je les tolère très mal, étant trop desséchants pour mes muqueuses. Je me suis donc tournée  – après plus d’une heure d’hésitation – vers les Rouges Coco Gloss de Chanel, incarnés par la magnifique et talentueuse Lili-Rose Depp.

rcc_gloss_01-adaptive-1637.jpg

Image : Chanel

Ces gloss ne sont pas vraiment des gloss. Ce sont pour moi des rouges à lèvres brillants. Evidemment, et ceci dit, vous n’avez pas l’inconvénient des gloss traditionnels, collants et parfumés dont nous étions accro au collège. Chanel joue sur la subtilité : subtilité des couleurs et des textures. Autrement dit, ce gloss sera votre nouveau meilleur ami une fois testé.

On apprécie déjà la large palette de teintes : de l’orange au doré, en passant par le beige et l’inconditionnel rouge, les afficionados seront comblées. A ces teintes s’ajoute une pigmentation exceptionnelle. Cette pigmentation vous permet d’avoir une vraie couvrance glossy sur vos lèvres. J’ai pour ma part craqué pour le 762 Heart Beat, un magnifique rose grenadine qui va parfaitement à ma peau très claire.

slide_rouge3

Image Beautysuccess. Sur moi, le résultat est beaucoup plus intenses, mes lèvres étant naturellement très pigmentées

Côté tenue aussi, ce produit est irréprochable : ce gloss a passé haut la main le test du déjeuner. Même après avoir mangé ou bu, vos lèvres sont toujours teintés et le gloss semble avoir à peine bougé. A cela s’ajoute une texture légère, presque imperceptible bien loin du souvenir collant et pâteux de notre enfance. En outre, il n’est nullement desséchant : même après plusieurs heures, vos lèvres restent douces et hydratées.

Enfin, et comme d’habitude, je ne peux m’empêcher de faire une halte sur le packaging : comme toujours chez Chanel, le tube est d’une élégance sobre. Le tube en verre transparent est rehaussé de l’indétrônable bouchon noir et doré. Quand à l’embout applicateur, il permet une application agréable est précise.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce produit que je voulais tester depuis déjà plusieurs semaines. Ce gloss a tous les avantages d’un rouge sans les inconvénients d’un gloss. En outre, sa texture ne dessèche pas les lèvres et permet de le porter au quotidien sans sensation d’inconfort ou de tiraillement. Bref, je vous encourage vivement à l’essayer, d’autant plus que son prix reste attractif : je l’ai pour ma part payé une petite vingtaine d’euros grâce à la remise de -25% dans les parfumeries Feelunique.

Et vous, les avez-vous testés ?

J’ai testé : les masques « Argile pure » de L’Oréal skin Expert

Bonjour à toutes et tous,

Depuis quelques mois déjà, la mode est aux masques de couleur qui ciblent plus spécifiquement les besoins de votre épiderme. L’Oréal Paris a surfé sur cette tendance made in Corée (du Sud) et a sorti, il y a quelques mois maintenant, une gamme de trois masques ciblés à base d’argile pure. Trois couleurs donc, qui correspondent à trois problématiques différentes :

  • le masque DETOX (noir) : détoxifie, révèle l’éclat
  • le masque LISSANT (rouge) : exfolie, affine les pores
  • le masque PURIFIANT (vert) : purifie, matifie

Evidemment, le but est d’associer ces différents masques pour traiter spécifiquement chaque zone du visage.

Au regard de mes besoins actuels, j’ai décidé de prendre le masque DETOX et le masque LISSANT que j’ai testé simultanément.

I- LA COMPOSITION

S’il y a bien une chose que je regarde en premier lorsque j’achète un masque, c’est sa composition. Ici, la promesse est alléchante : on vous promet un masque « à l’argile pure ». En réalité, ces masques sont composés de trois argiles différentes et complémentaires :

  • le kaolin : « argile très concentrée en silicates reconnue pour absorber les impuretés et l’excès de sébum ».
  • la montmorillonite : argile « riche en minéraux, reconnue pour son action sur les imperfections ».
  • le ghassoul : argile « très concentrée en oligo-éléments reconnue pour aider à clarifier le teint ».

Chacun de ces masques contient un ingrédient spécifique qui le distingue de ses camarades. Ainsi, le masque DETOX contient du charbon tandis que le masque LISSANT contient une algue rouge, reconnue pour ses vertus clarifiantes et unifiantes.

Bon évidemment, il y a des ingrédients beaucoup moins naturels dans ces masques ; cependant, cette gamme ne se revendique pas du tout « bio ». Donc, pas de tromperie sur la marchandise.

  • TEXTURE ET APPLICATION

Il faut le reconnaître, ces masques sont très ludiques à appliquer. C’est un peu atelier peinture et cette régression fait du bien. Revenons au sujet : j’ai décidé d’appliquer le masque LISSANT sur la zone T tandis que j’ai réservé le masque DETOX au reste de mon visage.

Étrangement ou non, les textures de ces deux masques sont totalement différentes. Le masque LISSANT ressemble à un masque à l’argile traditionnel, légèrement épais et granuleux. L’application n’est pas difficile sans pour autant être très agréable. En revanche, le masque DETOX présente une texture plus originale : en plus de sa couleur déconcertante, ce masque est légèrement aqueux voire gélatineux sans que cela nuise à son application très aisée. Pour le coup, c’est un plaisir de l’utiliser.

S’ils contiennent du parfum, cela est presque imperceptible. Se dégage seulement une impression de fraîcheur, très agréable après une journée harassante.

Le mode d’emploi conseille de laisser poser ces masques 5 à 10 minutes jusqu’à ce qu’ils sèchent.

  • RÉSULTATS

Premier bon point : les masques se rincent très facilement. Deuxième bon point : vous pouvez observer dès la première application des résultats impressionnants. Pour ma part, j’ai trouvé que ma peau était bien plus lumineuse et souple. En revanche, il est beaucoup plus difficile d’observer immédiatement le resserrement des pores ; cela ne peut être visible qu’au bout de plusieurs utilisations régulières. Pour conclure, ces masques semblent tout à fait efficaces en plus d’être ludiques et agréables à l’application. Pour rappel, ma peau est très fragiles et tolère peu de produits : ces masques ont donc remporté haut la main ce challenge. Bravo !

  • PACKAGING

IMG_20170511_205820_199

Enfin, on ne peut que souligner l’effort fait au niveau du packaging. Les pots sont sobres et pratiques et d’une contenance très satisfaisantes (50ml). On aurait pu cependant souhaiter un applicateur afin de faciliter la pose.

J’espère que cet article vous aura plus et vous aura convaincu de craquer pour ces masques à fois accessibles et très efficaces, respectueux des peaux sensibles.

A bientôt ! 

 

 

Coups de cœur et coups de gueule (beauté, évidemment)

Bonjour à toutes et tous !

Aujourd’hui, je vous propose un article un peu brouillon qui fait suite à mes péripéties beauté du mardi 2 mai 2017. Comme d’habitude, je vais tenter de faire preuve de rigueur en vous présentant les produits et en vous donnant toutes les informations nécessaires.

Bonne lecture !

Mes coups de gueule :

  • Le lancement Urban Decay X Jean-Michel Basquiat
3605971498435_basquiat_neutralpalette_goldgriot

Photo : Urban Decay

Il y a quelques semaines, Urban Decay a commencé la promotion de sa collection capsule inédite, en collaboration avec la fondation Jean-Michel Basquiat. Cette collection, incarnée une fois encore par la sublime Ruby Rose, comporte deux palettes de fards à paupières, une palette de blush et des rouges à lèvres dont les teintes et les packagings sont inspirés des œuvres du peintre new-yorkais. En France, ce sont les youtubeuses qui se sont chargées de faire la promotion de cette collection exclusive, disponible sur Internet, mais également annoncée en boutique Urban Decay. La sortie était donc prévue le 2 mai et c’est à cette occasion que je me suis rendue 48, rue des Francs-Bourgeois afin de me procurer la palette « gold griot » repérée préalablement. C’est absolument hystérique que je suis entrée dans ce temple dédié à la beauté. Et quelle ne fut pas ma surprise en apprenant que, finalement, les Etats-Unis refusaient de commercialiser en boutique cette collection sous prétexte de ne pas avoir assez de stock. Les maquilleuses elles-mêmes semblaient être prises au dépourvues : elles m’ont en effet confié avoir attendues comme beaucoup cette collection et avoir même en réserve les gondoles et les affiches de promotion.

Je ne sais pas vous, mais moi, je refuse d’acheter du maquillage sur Internet, surtout lorsqu’il s’agit de collection inédite. Impossible de se faire une véritable idée du produit, des teintes et de sa qualité. En outre, existe toujours le risque d’un produit abîmé lors de l’envoi. J’ai donc du me résigner à ne pas à acheter cette palette qui semblait absolument magnifique. Dommage Urban Decay : vous perdez en crédibilité.

  • Les boutiques M.A.C. qui ne respectent pas le concept

Mes pérégrinations parisiennes m’ont amenée à entrer dans la boutique M.A.C. 32, rue de Sévigné. Ces derniers temps, j’avais été assez déçue du contact avec les maquilleuses qui semblaient se détourner du concept de la marque. Il semblerait que cela soit aléatoire. En effet, la maquilleuse de cette boutique a passé plus d’une heure à me maquiller, à me faire tester les produits, à me prodiguer des conseils sans pour autant me pousser à l’achat. Lors de ce moment privilégié, je lui ai confié mon étonnement face à la différence de traitement qui existe entre les différentes boutiques ; selon elle, toutes les boutiques et surtout, toutes les maquilleuses, doivent proposer les mêmes services, notamment celui de vous faire tester les produits lors d’une session maquillage GRATUITE. En outre, elles ont évidemment pour obligation d’être de « bon conseil » et « à l’écoute » de leur clientèle. Ainsi, pour celles qui ne connaissent pas la marque ou pour les déçues, je vous conseille vivement de vous rendre dans ce magasin ou dans celui du 22, boulevard Saint-Michel (première boutique de France) où le service est absolument irréprochable. Seul bémol de la boutique rue de Sévigné : les ruptures de stock en grand nombre qui ne m’ont pas permis de faire l’ensemble des mes emplettes. A contrario, je vous déconseille vivement, les corners des grands magasins, pour la simple et bonne raison que les vendeuses n’auront jamais le temps de s’occuper de vous ; la boutique du quartier des Halles où les maquilleuses ont clairement envie de rentrer chez elles (9, rue Pierre Lescot) ; et la boutique de Levallois dans laquelle les maquilleuses ne connaissent ni leurs produits ni la politesse (centre commercial So Ouest). A cet égard, j’ai enfin compris pourquoi je ne supportais pas la gamme Liptensity de M.A.C. Pour rappel, ce sont de magnifiques rouges à lèvres mates ultra-pigmentés. Il s’agit tout simplement de la gamme la plus asséchante et donc de la plus inadaptée pour moi. Merci donc à la vendeuse qui m’a laissé dépenser 60E en toute connaissance de cause.

  • La base à paupières « Proof it ! » de NYX

Les parisiennes auront peut-être eu la surprise de voir dans leur Monoprix un nouveau coin beauté dédié à la marque professionnelle NYX. Jusqu’alors, la marque était uniquement disponible en boutique officielle (à République ou à la Défense par exemple). Pour ma part, je suis tombée par hasard sur cette marque lors d’un détour par le Monoprix de Villiers. Les rayons sont bien fournis et proposent l’ensemble des produits phares de cette marque, à commencer par les célèbres rouges à lèvres mates de la collection « Lingerie » (qui sont souvent en rupture de stock dans les boutiques de l’enseigne). N’ayant jamais vraiment testé la marque, je me suis tournée vers leur base hydrofuge à paupières « Proof it! ». Pour un prix de 6, 90E, la marque vous garantit des couleurs intenses et un maquillage très longue tenue. Seulement, et après plusieurs jours d’essai, je suis finalement déçue par ce produit. En effet, cette base – très collante – nécessite d’être associée à des fards très haute qualité (Armani, Urban Decay ou M.A.C) sinon impossible de flouter les matières. J’ai notamment testé cette base en association avec des fards Dior : impossible d’estomper les ombres de manière homogène. D’autre part, la tenue est loin d’être satisfaisante : les fards tiennent certes mieux mais finissent toutefois par filer dans la banane. Enfin, il semblerait que la composition des produits NYX laisse à désirer. Je n’ai pas encore vérifié la composition de ce produit mais une maquilleuse professionnelle m’a confiée avoir été terrifiée lors d’une présentation des produits de cette marque. Même si je ne suis pas une adepte du bio, que je fume et que je bois, je n’ai pas forcément envie d’utiliser des produits à la composition douteuse surtout si leur efficacité n’est pas prouvée !

20170506_162348

  • Les fausses promotions de chez Sephora

Vous avez sûrement reçues dernièrement un bon d’achat de -25% chez Sephora à l’occasion de la Fête des Mères 2017. C’est toujours avec empressement que je me rends en boutique pour profiter de ces réductions. Quelle ne fut pas ma surprise arrivée en caisse lorsque la vendeuse m’annonça que l’ensemble de mon panier n’en bénéficiait pas (j’avais en l’occurrence un produit Kat Von D et un démaquillant Sephora). En effet, après avoir mis vos lunettes et sous une loupe grossissante, vous pourrez constater que ces bons ne sont pas valables sur les marques emblématiques de cette enseigne comme : Too Faced, Kat Von D, Anastasia Bervely Hills, Nars, Becca, Huda Beauty (qui vient de débarquer en France) et… la marque Sephora ! Bref, cela m’a valu de vider d’un air dédaigneux mon panier et de faire demi-tour sans demander mon reste.

Mes coups de coeur :

  • Les conseils M.A.C. Cosmetics

Comme dit précédemment, la maquilleuse de la boutique du Marais m’a donné pleins de conseils très pratiques ; et comme je suis généreuse, je les partage avec vous :

  • Si vous venez de laver vos pinceaux et que vous devez les utiliser immédiatement, voici un secret pour les faire sécher instantanément : mettez un peu de poudre libre dans un récipient, type coupelle. Tremper vos pinceaux dedans et retirer l’excédent. Séchage immédiat garanti !
  • Pour les brunes, mieux vaut utiliser un crayon à sourcil cendré que brun pour dessiner votre regard. En effet, les crayons bruns ont tendance à faire ressortir les sous-tons rouges. J’ai donc opté pour le produit « Stylized Eye brows », un crayon pour les sourcils à la mine ultra-précise. Sa texture, un peu sèche vous permet de travailler votre regard en toute légèreté et son estompage reste aisé.
  • Pour garantir confort et tenue à votre rouge à lèvres, vous pouvez utiliser des bases. Ces dernières limitent le dessèchement et les stries.
  • Si vous souhaitez un maquillage ultra-pigmenté, mieux vaut opter pour des pinceaux à poils synthétiques et non naturels. Ils ont pour vertu de mieux « attraper » les pigments et donc, d’en déposer plus sur vos paupières ou vos pomettes !
  • La base Strobe cream, hydratant lumineux

20170506_162501

Depuis quelques mois déjà, j’essaie d’obtenir un teint glowy et lumineux. C’est désormais chose faite avec la base de maquillage « Strobe Cream » de M.A.C. Cosmetics. Cette crème, qui s’utilise aussi bien en base qu’en enlumineur, vous garantit lumière et confort. Pour ma part, je l’utilise en base : elle permet de créer un teint en toute transparence et vous assure une application homogène et rapide de votre fond de teint. Vous pouvez également la porter seule si votre peau ne présente pas d’imperfections. Je regrette seulement que cette crème ne contienne pas d’agents SPF, ce qui est très important pour moi. Regardez donc si votre fond de teint en contient. Les beaux jours approchant, je pense la mélanger à ma crème de jour (qui contient donc des agents SPF) pour protéger ma peau des rayonnements. Autre bon point : ce produit est disponible en format voyage, soit 30 ml et en grand format, soit 50ml. Le prix est outre très raisonnable puisque le format voyage est affiché, de mémoire, à 10E. Un petit plaisir pour lequel il est facile de craquer donc.

  • Les fards à paupières M.A.C.

Enfin, je me suis procurée une nouvelle palette de fards à paupières M.A.C. J’ai cette fois-ci craqué pour la « Copperluxe » de la collection « Veluxe pearlfusion shadow ». Comme son nom l’indique, cette gamme propose des fards très pigmentés mais surtout irisés voire pailletés. Si je ne suis pas une adepte de la paillette, il faut reconnaître que les fards un peu plus neutres sont absolument magnifiques et que leur qualité est irréprochable. En plus de leur pigmentation, ces fards ont la particularité de se travailler avec une facilité déroutante même pour les plus techniciennes des amatrices beauté. Le charbonneux n’a jamais été aussi facile et rapide à faire. En outre, les fards les plus foncés peuvent être utilisés en liner, aussi bien secs que mouillés. Bref, une très belle collection mise en valeur par un packaging toujours sobre et raffiné.

20170506_163221

J’espère que cet article vous aura plu. Et comme toujours, n’hésitez pas à partager vos idées en laissant un petit commentaire.

A bientôt !

Que vaut la marque Sanaflore ?

Bonjour à toutes et tous,

Depuis quelques mois maintenant, plus exactement depuis ma première visite au Dermacenter, les produits Sanaflore – marque qui appartient au groupe L’Oréal – occupent une place de premier plan dans ma routine quotidienne. Cependant, cela faisait déjà plusieurs années que je connaissais cette marque, vendue en pharmacie et parapharmacie uniquement, célèbre grâce à sa lotion Aqua Magnifica et à ses packagings originaux.

J’avais, avant mon expérience au Dermacenter, essayé un produit de cette marque : la lotion Aqua Magnifica. Appartenant à la gamme « anti-imperfections », cette lotion – certifiée bio – est composée d’huiles essentielles et d’hydrolats. Des ingrédients nobles donc, qui justifient un prix relativement élevé. Si les vertus de cette « essence » ne sont plus à prouver, elle n’en demeure pas moins un produit très actif et peut, dès lors, être agressif. Ainsi, elle n’est nullement recommandée pour les peaux sensibles et peut, le cas échéant, provoquer rougeurs, brûlures et boutons. J’avais donc délaissé assez rapidement cette lotion pour me tourner vers des formules plus douces et clairement plus adaptées à ma peau.

Autrement dit, je vous déconseille vivement d’utiliser ces produits sans l’avis d’un professionnel pour vous orienter dans vos choix. En effet, il n’est pas à rappeler que les huiles essentielles sont des principes actifs qui, s’ils peuvent être d’une grande efficacité, doivent être également manipulés avec précaution. Il faut également connaître parfaitement les besoins de votre peau et ne pas vous tromper dans votre diagnostic. ainsi, et une fois encore, je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher de personnes compétentes.

Mes visites successives au Dermacenter m’ont permis de mieux connaître cette marque qui, utilisée à bon escient, présente un rapport qualité/prix incroyable.

Lors de ma première visite, la parapharmacienne m’avait conseillé deux produits de cette marque : la Véritable eau florale de lavande fine bio et l’Essence magnifica.

Durant ma deuxième visite, la conseillère m’avait orienté vers une autre gamme, ma peau ayant très bien réagi aux précédents produits et ne présentant plus les mêmes problématiques. Mes pores étaient en effet visiblement resserrés et ma peau beaucoup moins réactive. Cependant l’hiver étant rude, il me fallait une formule plus riche et réconfortante. Ainsi, j’avais adopté l’Essence merveilleuse, un concentré de nuit régénérant anti-âge.

Enfin, j’ai dernièrement acheté, de ma propre initiative, l’Elixir des reines, un concentré créateur de peau parfaite.

Il me semble vous avoir déjà parlé des deux premiers produits. En revanche, il est grand temps que je fasse le point sur les deux derniers que je n’ai évoqué que sporadiquement.

  • Essence merveilleuse, concentré de nuit régénérant anti-âge
Essence-Merveilleuse

photo : Sanaflore

Cette huile, a appliqué le soir, vous assure une « peau rayonnante, lisse et rebondie au réveil ». Elle est composée de Pelargonium et de Melissa officinalis aux actifs anti-âge. Si les résultats ne sont pas véritablement visibles au réveil, contrairement aux promesses, cette huile n’en est pas moins extrêmement agréable. On apprécie notamment son délicat parfum dont la conseillère du Dermacenter vante les vertus calmantes. En revanche, je l’associe avec une crème hydratante car seule, elle n’est pas suffisante pour ma peau. Pour bien l’appliquer, je réchauffe la matière dans mes mains ; seules quelques gouttes suffisent pour faire le visage et le cou.

  • Elixir des reines, concentré créateur de peau parfaite
Elixir-des-reines

photo : Sanaflore

Voilà probablement mon plus gros coup de cœur. Cet élixir n’est ni un fluide ni une huile, mais bien une gelée. Posée sur la peau, elle prend une texture aqueuse et pénètre instantanément. Composée pour l’essentiel de gelée royale, cet élixir laisse votre peau douce et véritablement repulpée. Mais surtout, comment ne pas succomber au parfum de ce produit ? L’odeur subtile mais en même temps présente est à la fois sensuelle et réconfortante. Bref, un vrai bonheur.

En revanche, n’envisagez pas de mettre ce produit à la place de votre sérum de jour. En effet, le produit tend à « pelucher » lors de l’application d’une crème ou d’un fond de teint. En outre, il me semble que ce produit ne contient aucun indice SPF. Cela n’altère en rien ces qualités très appréciables le soir venu.

Contrairement aux huiles, je vous conseille de ne pas chauffer la matière préalablement mais plutôt de l’appliquer directement sur votre visage. Deux gouttes de cet élixir suffisent pour le visage. Appliqué seul, le produit ne laisse aucun dépôt. En outre, et malgré ma peau très sèche, il se suffit à lui-même, contrairement à sa grande sœur, l’huile sèche de la gamme « merveilleuse ».

Alors pourquoi craquer ?

  1. Les packagings vraiment adorables, mais surtout d’une grande praticité. Impossible de se tromper sur les doses avec les flacons-pipettes en plastique solide qui nous permettent donc de voyager sans difficulté.
  2. Des produits visiblement efficaces et actifs.
  3. L’odeur des produits qui invite toujours à la détente et au soin de soi.
  4. La diversité des gammes, adaptées à tous les types de peau et facilement associables.
  5. Les textures toujours agréables à travailler. Les huiles sèches pénètrent rapidement et la gelée laisse une sensation de fraîcheur et de tonicité.
  6. C’est une marque bio qui joue sur son image « made in France ».

J’espère que cet article vous aura plu ; et comme toujours, n’hésitez à partager votre expérience autour de cette marque et de ses délicieux produits !

Mineralize concealer (M.A.C.) VS Double Wear (Estée Lauder) : le match

Bonjour à toutes et tous,

Si j’ai bien une certitude en ce moment, c’est celle d’être littéralement épuisée. Lessivée. Éprouvée. Ma vie part dans tous les sens : mon appart’ ressemble à une boutique de fringues (très) mal rangée,  je mange des sandwichs – voire je ne mange pas du tout – presque tous les soirs car je n’ai plus le temps (ni le courage) de faire mes courses, je bois du café jusqu’à 23h et me lever à 5h30 est considéré comme une grasse mat’ appréciable. Je tente pourtant de faire face ; mais mes cernes parlent pour moi. J’ai la tête d’un cadavre et mes amis me le font savoir : certes, je suis souriante et épanouie professionnellement et personnellement, mais j’ai une tronche à faire peur. Moi qui jusque-là n’avais jamais eu de cernes, me voilà parée de halos noirâtres, très marqués en coin interne. Et clairement, je n’aime pas ça.

Il est extrêmement difficile de trouver son anti-cernes. Il faut probablement en essayer plusieurs avant de trouver sa teinte mais également la texture la plus agréable et la plus adaptée. Ainsi, après avoir acheté le « Mineralize concealer », je me suis procurée le très célèbre « Double Wear » d’Estée Lauder, souvent présenté comme l’un des meilleurs du marché.

20170326_142636

1- Les promesses 

a- Le « Mineralize concealer » de M.A.C.

Il s’agit d’un correcteur « hydratant et enrichi en minéraux et ingrédients végétaux nourrissants ». Il est présenté comme crémeux et facile à estomper. Il offrirait une « couvrance transparente à intense et un fini naturel satiné ». En revanche, il n’est pas précisé s’il contient un indice SPF suffisamment puissant pour protéger la zone extrêmement sensible qu’est le contour d’oeil.

b- Le « Double Wear » d’Estée Lauder

Cet anti-cernes vous promet « zéro défaut » et une « tenue extrême ». Le descriptif promet même une tenue de 15h. On peut apprécier la présence d’un SPF 10 qui, si elle n’est pas suffisante, vient s’ajouter aux SPF présents dans les autres produits que j’utilise quotidiennement, pour protéger mon épiderme.

2- Le packaging

Les packaging de ces deux produits sont assez semblables, à première vue. Il s’agit deux deux flacons en verre. La ressemble s’arrête là. En effet, le « Mineralize », d’une contenance de 5ml, s’applique grâce à un embout-pinceau très dense. Quant au « Double Wear », qui lui contient pas moins de 7ml de produit, il s’applique grâce à un embout-mousse (même principe que le « Primer Potion », par exemple). Le « Mineralize » présente d’ores et déjà un très gros défaut : on en fout partout. En effet, le goulot du flacon n’est pas suffisamment grand et étroit pour éliminer l’excédent de matière. Ainsi, une grande partie du produit coule un peu partout du flacon, ce qui est à la fois sale et peu économique évidemment !

20170326_142809

Le flacon du « Double Wear  » est à ce titre beaucoup plus pratique. En effet, le goulot permet d’enlever tout excédent de produit tout en délivrant la dose de produit nécessaire pour faire les deux cernes.

Résultats : Le « Double Wear » remporte donc aisément ce premier round. En effet, le packaging du « Mineralize » est un vrai désastre comme précédemment décrit.

3- La teinte

Comme toujours chez M.A.C, l’ensemble de la gamme des « Mineralize concealer » est déclinée en une multitude de teintes (j’en ai dénombré une quinzaine sur le site français). La conseillère me propose de me tourner vers le NW20, présenté comme un « Medium/naturel ». Plus concrètement, cet anti-cernes est évidemment destiné aux peaux claires, voire très claires (pour rappel : j’ai le teint tellement cadavérique que mon dernier fond de teint est blanc). Pour neutraliser les cernes, il contient des pigments jaunes. Cependant, cette couleur n’est ni naturelle ni lumineuse. En effet, si le cerne est considérablement atténué, votre contour est à la fois assombri et jaunâtre, ce qui peut être encore accentué par la poudre. Cette déception m’a encouragée à acheter un anti-cernes plus clair, afin de ne pas avoir de démarcation.

A ce titre, le « Double Wear » est idéal. J’ai pris la teinte 1C LIGHT (Cool) qui, je crois, est la plus claire. Son extrême pigmentation fait que votre cerne est parfaitement camouflé ; en outre, le fait qu’il soit une teinte plus claire que votre carnation apporte lumière et éclat. Mais cela a un inconvénient : on s’éloigne du naturel pour adopter un teint de blogueuse beauté. En outre, on peut déplorer le fait que ce produit ne soit décliné qu’en cinq teintes.

Résultats : Ici, pas de vainqueur. Je pense avoir été simplement mal conseillée chez M.A.C. Le « Double Wear » en teinte 1C est seulement plus adapté. On peut ainsi déplorer les conseils de moins en moins pertinents des maquilleuses M.A.C. qui ne prennent plus le temps de tester les produits.

3- Tenue et confort

Pas de suspens, nous sommes là face à des champions toutes catégories. Légèrement poudrés, ces deux concealers tiennent toute journée, sans jamais migrer ni oxyder. En revanche, deux bémols viennent entacher (quand même) la réputation du « Double Wear ». D’une part, il semble davantage marquer les ridules de déshydratation du contour d’oeil, notamment si vous avez la main trop lourde sur la poudre. D’autre part, je regrette la présence de parfum dans le produit, potentiellement allergène et surtout assez désagréable dans la mesure où l’odeur est bien trop présente et agressive au moment de l’application. Cependant, dès lors que le produit a séché (et le tube rebouché), l’odeur disparaît instantanément. Paradoxalement, après vérification, le site de la marque précise que ce produit ne contient aucun ajout de parfum : mais d’où vient donc cette odeur dans ce cas ?!

Conclusion : au regard de mes besoins actuels, je préfère donc le « Double Wear » d’Estée Lauder. En effet, il associe à la fois confort et pigmentation intense. Le « Mineralize » demeure évidemment un excellent produit malgré un packaging absolument décevant.

IMG_20170326_081418_506

Et vous, quels anti-cernes utilisez-vous ?

 

Le « Genius Gel » de Marc Jacobs, mon nouveau meilleur ami ?

Bonjour à tous,

Voilà un article qui devrait plaire aux peaux très claires. Aux peaux de rousses ou de blondes. A ce que j’appelle ordinairement, aux peaux « de merde ». Evidemment, n’y voyez pas une insulte : j’aime ma peau très claire ; en revanche, j’aime beaucoup moins les imperfections qui lui sont associées. Comme vous le savez si vous suivez régulièrement mon blog, j’ai une peau très claire et très réactive puisque je fais du psoriasis. J’ai donc souvent des imperfections ou des rougeurs généralement localisées. en terme de « texture », ma peau est souple, plutôt laiteuse mais présente des zones de sécheresse notamment sur les ailes du nez ou au niveau du front.

Il y a quelques mois, j’ai acheté le fond de teint « Les Beiges » de chez Chanel, en teinte n°20. Si cette teinte était parfaite au moment de l’achat, elle est désormais trop foncée et trop jaune. Deux hypothèses se profilent : soit j’étais encore légèrement bronzée au moment de cet achat, soit les produits éclaircissants que j’utilise actuellement pour traiter mes problèmes de tâches brunes sont efficaces.

IMG_20170318_124524_312

Sur cette photo, vous pouvez apprécier la différence de couleur entre les trois fonds de teint

En tout cas, et malgré ses qualités, ce produit n’était plus du tout adapté en terme de couleur et il me fallait trouver un nouveau fond de teint. C’est avec l’aide d’une conseillère de chez Sephora que je suis partie en quête de cette pépite.

Evidemment, nous commençons par la gamme des « Beiges » de chez Chanel. Cependant, même la teinte la plus claire est trop foncée et trop jaune pour moi. Nous nous tournons donc vers la gamme « Vitalumière » mais le constat est le même. Chanel ne propose pas de teintes adaptées à ma carnation. Nous nous dirigeons donc vers le corner « Yves Saint Laurent » puis « Guerlain ». Là encore, aucun produit n’est adapté à ma carnation dans les gammes « Lingerie de peau » et « Encre de peau ». Nous partons donc chez NARS : mais là encore aucun produit n’est satisfaisant.  J’évite le corner Dior puisque, sur moi, la gamme « Forever » tend à s’oxyder.

La conseillère Sephora me propose en dernier recours un fond de teint Marc Jacobs ; de cette marque, je ne connais que le Re(marc)able, produit réputé pour sa maxi-couvrance et sa texture très épaisse, nécessitant d’être appliquée avec le pinceau crée spécifiquement à cet effet.

m7990825_284514_la

Le « Genius gel » en teinte Ivory light (photo Sephora)

Le « Genius Gel » est beaucoup plus liquide ; en outre, et vous le constaterez si vous le « swatchez » sur vous, il n’est pas du tout mat contrairement à son grand frère. Bien au contraire, le fini est très glowy, au prix d’une couvrance très légère, beaucoup plus légère en tout cas que celle des « Beiges » de chez Chanel.

Le « Genius Gel » vous promet un « teint éclatant » grâce à la technologie « Buoyancy gel » (ATCHOUM !) et « un voile de génie ». Vous l’aurez compris en lisant ces quelques mots, le traducteur ne s’est pas foulé et ne semble pas connaître les phrases verbales. Aucune autre indication n’est donnée sur la boîte du produit qui, comme pour l’ensemble des produits de la marque, est d’une sobriété très élégante mais parfois difficilement lisible. En  outre, aucune « notice d’emploi » n’est proposée : généralement, j’aime bien ces petits conseils, souvent pertinents pour appliquer les produits. Ainsi, impossible de savoir si le pinceau plat, comme celui que j’utilise, est adapté à ce genre de consistance. En revanche, le site de Sephora apporte davantage d’informations quant à son application et à ses qualités :

Un fond de teint gel révolutionnaire longue tenue qui réveille votre peau pour lui redonner son éclat et sa clarté naturelle.
Il hydrate tout en reflétant la lumière pour minimiser l’apparence des rides et des imperfections.Pour quel type de maquillage ?
Pour obtenir un teint éclatant, avec une couvrance modulable (de naturelle à moyenne) qui se construit en fonction de vos envies. Résultat longue tenue.Comment l’utiliser ?
Appliquer avec le pinceau The Face I de Marc Jacobs Beauty pour un résultat optimal.

Le site Beauté-test vient compléter ces quelques informations :

Genius Gel Fond de Teint Ultra Performant
Un fond de teint gel révolutionnaire longue tenue qui réveille votre peau pour lui redonner son éclat et sa clarté naturelle.
Il hydrate tout en refletant la lumière pour minimiser l’apparence des rides et des imperfections.
Couvrance modulable de naturelle à moyenne qui se construit en fonction de vos envies. Résultat longue tenue.

Buoyancy GelTM Technology- Effet peau nue qui sublime le teint.
Extrait Multi-vitamine et Lipo-Dipeptide pour une hydratation intense.
Soft Focus Powder- Reflète la lumière.
Pigments enrobés – adhèrent à la peau pour une application uniforme et un fini luxueux.

Concernant la teinte, j’ai évidemment pris la plus claire, à savoir la « 10 Ivory Light » qui tient plus du blanc que du beige. Pour être complètement honnête, je n’ai jamais vu un fond de teint aussi clair. Et pourtant, il me va divinement bien. Sa texture très fine permet de le travailler aisément ; sans teinter, il unifie le teint tout en légèreté en apportant glow et fraîcheur. La couvrance est vraiment très légère mais c’est exactement cela que je cherchais. Elle ne me semble pas modulable dans la mesure où le produit doit devenir assez rapidement plâtreux. Pour ma part, je préfère appliquer localement un concealer plutôt que de charger mon teint en produit.

Ce fond de teint est imperceptible mais cela peut également être perçu comme un défaut : en effet, il ne camoufle ni les rougeurs, ni les imperfections et semble légèrement asséchant. En même temps, je préfère avoir quelques rougeurs plutôt que d’avoir une démarcation jaunâtre au niveau de l’os de la mâchoire.

Côté tenue, il semble très bon dans la mesure où il a résisté à l’épreuve de la sieste. Aucune trace sur l’oreiller ni de déplacement de matière au réveil. On peut avancer trois hypothèses : soit, ce produit est très bon, soit ma base Armani est très bonne, soit je ne mets pas suffisamment de matière pour qu’il bouge.

Côté prix, il est affiché à 42, 50E. Cependant, j’ai bénéficié de -20% en caisse ; il m’est donc revenu à 34E (soit 8, 50E de réduction). En outre, il est proposé en 14 teintes différentes (c’est du moins ce que laisse penser le site de Sephora), de la plus claire donc aux plus foncées.

Pour conclure, j’apprécie évidemment la teinte parfaitement adaptée à ma carnation et qui tend qui plus est à la mettre en valeur. En revanche, je déplore le manque de couvrance de ce produit ; cela va devoir m’obliger à prendre encore plus soin de mon épiderme !

Nous pouvons également l’élégance et le bon goût du packaging ; le flacon-pompe en verre, est très pratique et solide. Et il est d’une sobriété sublime qu’on ne peut qu’apprécier !

Enfin, je l’associe toujours à ma poudre libre Dior, présentée il y a quelques mois sur ce blog, ainsi qu’à mon enlumineur Marc Jacobs (le « spotlight ») et à mon blush M.A.C. Pour le reste, j’adopte depuis plusieurs semaines un maquillage beaucoup plus sobre qui se résume à du mascara et à un rouge à lèvres très léger pour accentuer le côté « je suis d’une grande fraîcheur malgré une fatigue incommensurable. »

IMG_20170318_131020_930

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura permis d’y voir plus clair ! (appréciez le jeu de mots !)

Bon week-end, et à très vite