Trop d’love chez Armani Beauty – l’expérience Armani Box

Bonjour à tous,

Ca y est, Bébé prof est en vacances ! Et comment mieux commencer ses vacances que par un rendez-vous au Armani Box, en plein cœur de notre cher Marais parisien, 11 rue Debelleyme. En vilaine cachottière, j’avais pris rendez-vous en catimini sur le site My Little Paris la semaine dernière ; le pop-up, complètement submergé de demandes, avait ouvert de nouvelles plages horaires et ce, jusqu’au 31 décembre. J’ai donc sauté sur l’occasion et ai choisi ce samedi 17 décembre, 13h, pour me faire pouponner.

20161217_124449

Arrivée dix minutes plus tôt, je suis déjà totalement charmée par l’ambiance hyper moderne du lieu. L’endroit, plutôt petit, est élégamment agencé et peint de rouge et de blanc. La musique résonne et les maquilleurs se précipitent pour vous accueillir au mieux. Top, donc.

L’accueil est vraiment chaleureux. Premier bon point : vous ne vous sentez pas écrasé par une ambiance luxueuse ou chichi prout-prout comme dans certaines enseignes. Ici, c’est hype, jeune, moderne et on s’la joue proximité. On se sent immédiatement à l’aise et on se prend au jeu.

C’est un maquilleur qui s’occupe de moi. Le mec a clairement de l’expérience. Ça se sent. Comme le magasin est loin d’être bondé – je suis la seule cliente – il veut prendre son temps (et moi aussi, d’ailleurs).

Il commence par appliquer un baume tout doux, qui prépare la peau à recevoir le maquillage. La texture est extrêmement agréable, il sent bon, rend ma peau douce. Il a pour vertus d’hydrater et d’assurer un « éclat continu ». Dès l’application, je constate effectivement que ma peau ne tire plus (malgré le froid et une longue promenade dans les rues de Paris) et qu’elle paraît plus lumineuse (et ce, alors que je suis épuisée et que je fume comme un pompier…c’est dire !). Enfin, n’allons pas trop vite en besogne, je vous parlerai plus avant de ce produit dans les minutes à venir.

On passe au teint ; vous le savez peut-être, mais Armani est réputé pour sa gamme de fond de teint. Le maquilleur me propose trois textures : une sorte de sérum (que je compare à celui de Dior), un fond de teint plus couvrant et, enfin, un fond de teint ultra-glowy. Je choisi la deuxième alternative, à savoir un fond de teint classique, assez couvrant et matifiant dans la mesure où ma peau a pas mal d’imperfections en ce moment. Je ne me souviens malheureusement pas du nom exact du produit. Sorry ! Pour l’application, le maquilleur opte pour une application au pinceau mais assure par ailleurs qu’il n’est pas interdit de travailler au doigt. Je remarque qu’il travaille assez longuement le produit, par mouvements circulaires afin de flouter les imperfections et d’unifier mon teint.

Le maquilleur me demande par la suite mes habitudes make-up. Evidemment, je ne lui cache pas que je suis une addict, que je me maquille beaucoup et qu’il a droit de vie ou de mort sur mon faciès aujourd’hui. Il est ravi et comprend qu’il peut s’en donner à cœur-joie. Pour les yeux, il opte pour la palette « Night Light » qui est une édition limitée et dont la vente cessera le 31 décembre. Il s’agit d’une palette comprenant dix fards à paupières, deux correcteurs et une poudre compacte fixatrice. Côté technique, pas de nouveauté. Il s’agit d’un charbonneux dans les tons chauds. Cependant, je suis étonnée de constater que le maquilleur travaille le fard au doigt pour une application plus ciblée et plus « floue ». Côté produit, je remarque instantanément l’exceptionnelle pigmentation des fards. En outre, ils semblent se travailler avec aisance. Cela se confirme lorsqu’on reproduit le maquillage à la maison. Les fards se manipulent avec une grande facilité, ne font pas ou peu de chutes et sont effectivement très pigmentés. La palette, quant à elle, permet un grand nombre de looks. Pour le jour, on préfère les fards mats agrémentés de quelques touches de satinés. Pour le soir, tout est permis : on obtient très facilement, et même avec peu de technique, un look sophistiqué. A cela s’ajoute le mascara « Eyes to Kill » qui porte vraiment bien son nom. J’ai l’impression de porter des faux-cils tant ma frange apparaît longue et épaisse. Le maquilleur me montre également comment dessiner très proprement la démarcation de mon charbonneux à l’aide de mon fond de teint. Cette technique permet en plus d’une grande netteté, de « relever » le regard. Pour les sourcils, rien de bien transcendant : apparemment ma ligne de poils (périphrase) est absolument parfaite et le maquilleur s’émerveille devant  pendant quelques minutes. Il semblait presque déçu lorsque je lui ai avoué que je ne les touchais pas. TOUT EST NATUREL !

Pour les lèvres, un rose liquide. Je ne suis pas vraiment convaincu par la texture collante du produit. En outre, mes lèvres sont très sèches et le maquilleur n’a pas jugé utile d’appliquer un baume.  Enfin, une touche d’embellisseur et de blush appliqué avec une technique qui m’était inconnue. Cette technique dite « bonne mine » consiste à appliquer son blush non pas à l’horizontale mais à la verticale pour un effet plus naturel. Très honnêtement, la différence entre les deux techniques ne saute pas aux yeux mais, on s’en fout, c’est beau !

BILAN BEAUTÉ : Je suis absolument conquise par le travail des yeux ; en revanche, je trouve que mon teint est figé, trop poudré. Quand aux lèvres, si la couleur me plaît, je déplore le manque de confort du produit, qui plus est appliqué sur des lèvres complètement déshydrater.

Le maquillage terminé – il a duré plus d’une heure – on me propose de me faire photographier, ce que je fais de mauvaise grâce je l’avoue. Moi, je veux passer en caisse. En effet, si le cours est gratuit, il est difficile de repartir sans acheter un ou plusieurs produits. On m’avertit qu’à partir de deux produits achetés, je bénéficie de -25%. L’occasion est trop belle, la tentation trop forte, je vais craquer. Et je craque…

J’opte évidemment pour la palette « Night Light« que j’ai décrite précédemment. Cette palette contient donc dix fards, cinq mats et cinq satinés. Les couleurs sont relativement neutres et peuvent convenir à n’importe quelle couleurs d’yeux. Evidemment, il faut souligner la beauté du produit. Le boitier – et quel boitier ! – est élégamment enveloppé dans une pochette de velours. Seul bémol : les deux applicateurs mousse absolument ridicules et qui devraient être bannis de toutes les collections de luxe. En revanche, j’apprécie l’idée des deux éponges destinées à l’application des correcteurs. Si même je préfère les pinceaux, cela peut-être une alternative pratique pour les retouches quotidiennes.

A la maison, je reproduis un charbonneux en utilisant les quatre fards mats que j’agrémente avec le caramel doré pour une touche de lumière. Pour information, les fards mats sont également d’une grande luminosité et ne plombent nullement le regard. Côté qualité, ces fards sont au moins équivalents à ceux de chez Urban Decay. Le temps me le confirmera. Pour parfaire mon maquillage, j’utilise mon nouveau rouge à lèvres M.A.C (collection Mariah Carey), le « I get so ooc« , un magnifique marron glacé au reflet doré. Pour le reste, pas de changement, si ce n’est mon nouvel anti-cerne de chez M.A.C, indispensable au regard de mon état de fatigue !

Je choisis en deuxième produit le « baume hydratant éclat continu », ARMANIPRIMA. Là aussi, le packaging est divin. En outre, le produit est fourni avec une « cuillère » à crème pour doser la quantité de produit. D’ailleurs, sa contenance est de 50g. Très honnêtement je ne sais absolument à quoi cela correspond mais, à vue de nez, cela semble assez généreux. Quand au produit, il s’agit plus exactement (oui, j’ai enfin ouvert la notice d’emploi de la chose) :

« d’un baume crémeux qui repulpe et hydrate la peau pour un effet lumineux. Le fond de teint est facile à appliquer et ne marque pas les ridules.

Application : massez tout le visage en effectuant des mouvements circulaires vers l’extérieur. A utiliser également la nuit pour vous réveiller avec une peau repulpée et intensément hydratée ».

Une toute petite dose de produit suffit : sa texture est extrêmement riche et la peau peut être vite saturée de produit.

Evidemment, tout cela a un prix. La facture s’élève à 172, 90E et je bénéficie d’une réduction de 43, 22E. Je paye donc 129, 68E pour ces deux produits d’exception. Dans le détail, la palette est à 90E et le baume à 82, 90E. Dit ainsi, ça fait cher. Mais j’assume.

Avec une telle facture, j’ai le droit à un certain nombre d’échantillons : un baume format voyage (oui, quand même !), deux rouges à lèvres (l’Ecstasy Lacquer 402 et le Lip Maestro 400) et un Eye Tint n°12, un fluide à paupières d’une couleur indéterminée et que, de fait, je ne décrirai pas !

CONCLUSION : C’est de mon petit nuage que je vous écris là. L’Armani Box est une véritable expérience de luxe et de bien-être. Les maquilleurs savent vous rendre belle ou plutôt, vous font croire que vous êtes belle. En outre, j’ai bénéficié d’un maquillage de plus d’une heure alors qu’il était initialement prévu que la séance dure 30 minutes. Alors oui, j’ai eu une chance incroyable et je la savoure encore, des heures après…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s